Affiliation à portée de clic

Comment rédiger un article éblouissant grâce au souffle de la créativité et de l’inspiration ? Ce sujet, vous l’avez peut-être maintes fois exploré. Vous avez néanmoins le sentiment d’un manque. Vous ressentez éventuellement une défaillance… Une incapacité à produire un contenu digne et à la hauteur de vos ambitions.

Je vais vous montrer ce que l’on peut entreprendre en rédaction web, afin d’améliorer son expression. Donner du punch à ses mots. Impacter avec force l’imaginaire de son lecteur.

Mes conseils valent également pour le copywriting. Bien que celui-ci soit selon moi davantage destiné aux pages de vente, aux mails, aux post des réseaux sociaux et aux billets courts. La rédaction web, elle, se rapporte à l’établissement d’un texte plus ou moins long, formaté dans le but de présenter un sujet en profondeur et apporter des solutions. 

Si vous avez de la volonté, de la détermination et des objectifs solides, je vous invite à vous nourrir de mes réflexions. J’explore la rédaction web selon un angle qui va vous aider à envisager l’écriture autrement.

L’inspiration repose sur une démarche particulière. Elle a pour but d’impulser votre créativité.

C’est :

  • Inscrire de nouvelles observations pour y réfléchir ultérieurement
  • Trouver des solutions à des problèmes qui vous bloquent
  • Cultiver ses connaissances en découvrant d’autres domaines pédagogiques
  • Créer un environnement agréable
Altruisme et générosité

Don de soi

L’écriture demander[ait], en réalité, moins d’imagination que de don de soi d’après Camille Gillet.

Je la rejoins totalement là-dessus. Je vous témoigne qu’au terme de cet article… J’éprouve un épuisement moral. Mon esprit éreinté se voit rincé jusqu’à la moelle. Juste avant de mettre le point final, un avant-goût de délabrement envahissait peu à peu mon être… S’apprêtant à un désagrègement total à l’issue de ce long dossier.

En toute bonne foi cela dit, si on y réfléchit 2 secondes, le don de soi se veut l’expression de l’intelligence. Propice à la rêverie, l’évasion. De fait à l’imagination. On s’inscrit dans un acte d’offrande. Une sorte de sacrifice que l’on s’octroie. Le génie naît de l’achèvement de la lente et profonde réflexion que l’on s’attelle à mener. Pareille à une tisane qu’on laisserait infuser doucement pour en ressentir l’arôme. Imagination et dévouement à l’autre – le lecteur en l’occurence – se confondent en fin de compte.

Ce que vous désirez obtenir : des clefs capables de provoquer cette créativité vous faisant défaut. La capacité à créer un contenu percutant afin de toucher le lecteur.

Avant d’évoquer ces outils destinés à vous donner accès à une rédaction créative, grâce à des chemins de traverse inspirants, je vous engage dans un premier temps à vous préparer.

Psychologiquement. À quoi ?

À écrire tous les jours.

Parce que l’expérience s’avère nécessaire à vos projets. L’écriture réclame de l’énergie, un effort intellectuel non négligeable. C’est pour cela que je fais miennes les paroles de Camille Gillet, lorsqu’elle parle avec raison de don de soi. En complément, on soutiendra que le don consiste à produire de l’imagination et que tous deux constituent ainsi les deux faces d’une même pièce.

CAMILLE GILLET« L’écriture est un art complexe que l’on a tendance à porter aux nues. 

Non pas qu’il requiert une grande intelligence… Non. 

L’écriture – selon moi – demande, en réalité, moins d’imagination que de don de soi. »

Oui… Même si l’objet de réflexion concerne dans son billet l’écriture littéraire.

La rédaction web – si vous l’envisagez aussi puissante et magique que la littérature – laisse des traces. Vous pourriez donc vous retrouver lessivé au terme de vos premières séances.

Cela dépend également si vous prévoyez d’écrire davantage en mode copywriting. Ce que je m’évertue à pratiquer avec mes mails et que je retranscris ensuite, en courts articles. Comme dans celui-là (au passage, si tu veux rejoindre mon tipi, c’est ici 😉).

Dans tous les cas, votre projet d’écriture s’annoncera pour le meilleur. Sans passer forcément par des chemins difficiles. Inutile d’accoucher votre contenu en recherchant la douleur. Parlez comme vous êtes. Préférez l’authenticité, la simplicité. Composez vos mots dans un soucis de clarté. Grâce à une trame jouant sur les émotions. Telle la colère, la joie, l’amour, la tristesse, l’éblouissement ou la stupéfaction. Quoiqu’il en soit, rédiger des articles – remarquables – requiert un effort, c’est vrai. 

Eloignez-vous du contenu consensuel mille fois déniché sur le web, voué à remplir à terme le cimetière des moteurs de recherche.

Vous verrez qu’ici, je mets en œuvre ma créativité. Notamment en tentant de dépasser les enjeux connus et ressassés de la rédaction web. En mettant des aspects de… Bon, vous le découvrirez. En écrivant souvent des expressions aux tonalités chargées de résonance, pour vous faire vibrer derrière votre écran. Il s’agit de mon style. Il peut vous inspirer. Vous encourager à trouver votre propre chemin. Vous devez en revanche écarter l’idée de reprendre ma façon de rédiger. Ou penser que vous seriez incapable d’écrire comme moi. Personne vous le demande…

Faîtes juste don de votre personne à vos lecteurs. Et à vous-même.

Ce que d’ailleurs j’accomplis en ce moment sous vos yeux attendrissants…

Et bienveillants (n’est-ce-pas ? 🥰). 

je suis une pelote de laine debordant de noeuds
@ makingarthappen.com

L’écriture créative, tant personnelle que dédiée aux autres préservera votre esprit. Un décrassage opportun de la matière grise. Déballage en règle, d’abord. De vos états d’âme. On déverse tout. Vous je sais pas… Ça dépend de chacun. En fonction de son humeur. Mais moi le matin, je suis une pelote de laine foisonnant de nœuds. De couches successives filandreuses. Enroulées. Glissant les unes à travers les autres. Empâtées dans une cavité mentale profonde et diffuse. Opinions, pensées vagabondes, projets en tête, sentiments éphémères, rêves de la nuit passée ou de la veille… Tout s’entremêle. Il faut vidanger.

Sans entrave, ni limite. Gratter, nettoyer, filtrer. Puis rincer. On assainit. Mmmm… Aahhhh, ça revitalise. Comme un ciel bleu céruléen d’hiver. Inspirez. Tenez. Reeelâchez.

Vous voilà ravivé pour une nouvelle session d’écriture.

Une renaissance salutaire sur le modèle de la chrysalide. Évoluant délicatement vers son stade final, pour s’envoler vers d’autres contrées. Libérez votre créativité en suivant les grands principes édictés dans le livre de Julia Cameron. Écrivez tous les jours. Au lever de préférence. Et purifiez-vous le cortex cérébral, en entamant une séance dès le réveil. Oui… Avant la chedou, le p’tit déj et tout le Saint-Bataclan matinal. 

Misez sur la spontanéité sans vous arrêter durant une heure ou moins… Vos écrits possèderont une envolée instinctive. Voire naïve. Peu importe. Fermez votre cahier. Reprenez le lendemain. Inutile de relire. Il s’agit de se vider l’esprit. Ou alors jetez-y un œil dans 6 mois ou 1 an. J’écris parfois. Bien que l’auteur incite à le faire systématiquement au quotidien. L’inspiration destinée à rendre sa rédaction web créative, commence déjà avec cet ouvrage essentiel. On expurge le flot de voix errant sous le crâne. Le moment venu, vous serez prêt à rédiger avec style, vos billets de blog à destination de vos lecteurs. En transmettant vos valeurs, vos points de vue, vos conseils. Je tiens cette technique de créativité de Sophie Gauthier qui avait elle-même recommandé le livre. Je vous le relaye à mon tour. 

Depuis j’écris. Tout le temps. Le jour. La nuit. Pour mes sites. Sur mes cahiers perso. Sur mes feuilles. Mes carnets. Avec des moments d’interruption. Fatalement, vous vous en doutiez… Notre activité comporte des périodes plus ou moins fastes. On se trouve loin des belles photos publiés d’Instagram. Donnant l’illusion d’une vie positive à tous les instants. La vie – la vraie – produit plus d’incertitude. Toutefois, j’ai toujours conservé mes objectifs.

J’ambitionne d’élargir mon audience. Comme vous. D’où cette volonté de ma part d’explorer la rédaction web avec cet article. Parce que j’y trouve une opportunité gagnante. Celle d’apprendre tout en enseignant.

Je délivre des guides à mon audience. Le contenu du blog s’enrichit. L’étendue de mes connaissances prend de l’importance.

Apprendre à mieux rédiger passe par la réflexion, le travail d’écriture et l’analyse.

Cela coûte un certain prix :

  • le temps
  • l’attention

Les deux seules monnaies que l’on doit être prêt à débourser pour obtenir de la connaissance. 

Voilà pourquoi il est juste de considérer la rédaction web – la belle, celle qui fait grimper au rideaux – de don de soi (ben ouais… J’aime donner du plaisir, pas vous ? 😊)

C’est à présent que vous souhaiterez savoir ce qu’on appelle une bonne façon de rédiger. Voyons ce que l’on trouve sur le net à propos de l’inspiration pour écrire. Accompagné de mon point de vue sur la rédaction web.

Rédaction web vs littérature

Bien écrire, c'est quoi ?

comment bien ecrire

Bien écrire, s’accorde notamment avec le désir de vouloir créer un article remarquable.

Ça veut dire quoi un article remarquable ?

C’est un article qui a pour vocation de parler aux gens, de donner du sens à leur lecture.

C’est quoi parler aux gens, donner du sens ? (on peut jouer à ce jeu là très longtemps 🤪)

C’est leur exprimer de l’émotion. Parce qu’il n’y a rien de comparable aux émotions humaines. 

On se met alors en quête d’inspiration.

Oui… On en parle de cette inspiration sur la toile. Mais non comme je l’entends. Blogs et sites évoquent plutôt l’écriture comme d’un objet purement littéraire.

Or, vous recherchez juste celle qui en emprunte les contours. Car, si vous êtes d’accord, la rédaction web s’envisage comme un moyen d’aider et toucher le lecteur, en lui exposant toutes les solutions. Sans pour autant verser dans les belles-lettres du 19 ème siècle, ou s’auréoler d’un style théâtral. Encore moins basculer dans le jargon journalistique pédant. Bien qu’un vocabulaire spécifique, devrait être utilisé en l’accompagnant de toutes les explications nécessaires. S’il se justifie. 

Malgré tout, on déniche quelques sites abordant l’inspiration précisément dans le champ de la rédaction web. Cependant, on en parle pour donner des idées de sujets aux blogueurs en manque d’imagination. Ils mentionnent cet aspect du domaine, en fournissant des voies intéressantes, néanmoins assez classiques.

Qu’on soit bien d’accord,

J’adore toutes ces solutions parce qu’elles m’aident à trouver un cheminement payant pour dégoter un bon sujet. Grâce à l’angle adopté, vous disposerez d’une chouette machine à contenu, puisqu’on peut alors aborder un thème sous un nouvel éclairage… Pensez-y.

En rédigeant un même sujet selon différentes trames définies au préalable, vos articles gagneront en substance. Il favoriseront l’intérêt du lecteur et pourront même contribuer à une interaction.

Je vous conseille cet article – selon moi le meilleur – pour déterminer un angle et propulser ainsi vos idées.

La voie que vous recherchez néanmoins d’atteindre va elle, bien au-delà de la simple fonction d’écriture ou d’un chemin habile destiné à rédiger. Même si cette solution peut déjà commencer à changer la donne.

Vous rêvez d’obtenir une compétence rare. Celle de pouvoir muscler votre contenu. Lui donner une certaine intonation. Afin de réveiller ainsi un sentiment de bonheur chez votre lecteur.

Comme le dit Miss.Tic, vous songez à faire d’un mot le bel amant d’une phrase

 

faire d'un mot le bel amant d'une phrase

 

Il s’agit moins de mettre à profit de la littérature que d’amplifier la portée de votre message.

Bien écrire, consiste à produire une alchimie. Procéder à un mélange subtil de vos termes.

En employant le bon choix de verbes. Positionner les adjectifs selon un assortiment judicieux. Procurer du relief avec une composante originale, si l’on veut jouer sur l’esthétique. Notamment celle d’associer les bonnes assonances, en vue de donner vie à un effet particulier. 

Et susciter ainsi une réaction chez votre lecteur, de manière à le marquer sur un point ou un autre de votre discours.

Bien écrire… C’est annoncer la couleur. Partout.

Dans le titre, déjà.

Faire ensuite une belle promesse. Puis la prolonger en soignant l’introduction. Faire saliver le lecteur et le tenir en haleine. Avec des confidences, des anecdotes, des histoires…

Hey ! Vous la sentez venir ? 

Eh oui… On aborde ici la technique de storytelling. 

Bon. Vous la connaissez certainement, mais au cas où, je vais vous en toucher un mot. Car cette méthode connaît une grande popularité en webmarketing. Ce serait dommage de faire l’impasse.

Elle peut sembler complexe à pratiquer. À vrai dire, je confirme. Puisque le postulat de départ, repose sur la création de toutes pièces d’un récit bien ficelé. Celui-ci va devoir amener le lecteur à suivre différents évènements. Avec une certaine tension. Du suspense, un mystère quelconque. Jusqu’à l’issue finale, dans laquelle on obtiendra le dénouement. On en dira davantage plus loin.

Car ce qu’il paraît essentiel n’est pas tant le moyen employé pour délivrer une histoire. Mais plutôt le fait de toucher la corde sensible du lecteur. Et pour parvenir à cela, il existe bien d’autres itinéraires à emprunter, que le schéma classique du storytelling. En tout cas, tel que l’on pourrait l’envisager.

Retenez à cet égard que vous devez écrire selon une charge émotionnelle. Concédez qu’il y a rien de plus barbant qu’un article sans personnalité. Sans profondeur. Sans âme. 

Vous vous reconnaissez ? N’ayez surtout aucune amertume. AUCUNE. Vraiment.

J’ai commencé à écrire en 2016. Je connais cette sensation désagréable. Une colère noire infiltrait mes neurones. Car je préparais un projet fou. Celui de développer une activité sur le web, alors que j’ignorais tout du système. À mes yeux, il s’agissait d’un rêve tordu dont le seul enjeu consistait à répondre au caprice de l’enfant gâté sommeillant en moi.

Vous aimez le fromage ? 

En 2016 j’appréciais particulièrement le Bleu. J’en bouffais à tous les râteliers.

Nous vivons tous des changements culinaires au gré des années…

À l’époque, le bleu avec un petit ballon de rouge, ça passe crème. Ce petit goût issu de la pourriture noble mêlé à la tendresse du pain, à l’âpreté du vin…

Je re-songe à cette lointaine couleur. Profonde, multiple. Disgracieuse par son apparence putride.

Le bleu, cette moisissure nourrissait l’amarante alcool de mes alcôves.

Mon audace s’étiolait. M’estompant. Dans une marmelade d’inanité. 

 

Quand subitement, un sursaut salutaire émergea… Je décidais d’augmenter ma production.

Ce fut la meilleure décision. La colère produit une stimulante émotion comme le rapporte Sophie Galabru.

Je prenais un engagement. Transformer l’aigreur en valeur. Convertir le pessimisme en lecture.

Édifier l’optimisme par l’écriture.

Je repense aux teintes cérulées ornant les visages sombres des personnages d’Enki Bilal. Car la déroute qui m’avait jeté un temps dans le désespoir, avait emprunté toutes les nuances de ce bleu aux accents mélancoliques. Je me posais les questions d’un débutant. Celles d’un néophyte totalement out qui voulait rentrer dans le game. 

Comment optimiser un site web ? Attirer du trafic ?

Comment écrire et se rendre visible ?

figure feminine bleuCe bleu de la débâcle dont la figure féminine et pâle trône désormais aux côtés de ma bibliothèque, je tenais à l’ériger comme le trophée de ma renaissance.

Malgré des doutes toujours présents, en dépit des incertitudes hantant mes pensées, je reste fier. 

Alors soyez fier de ce que vous avez déjà réalisé.

Même s’ils se comptent sur le doigt d’une main, vos écrits publiés représentent la marche ultime avant la prochaine étape.

Celle d’une révolte providentielle, une saine colère destinée à imprégner dorénavant vos textes d’un esprit…

D’une conscience tangible.

La vôtre.

Et si vous n’avez encore jamais fait d’article de blog, vous activerez dès maintenant les bons réflexes.   

Remettons les choses à plat, en redéployant les éléments fondamentaux de la rédaction web.

Respecter une charte éditoriale

Les clefs de la rédaction web

les cles de la redaction web

© Le Schtroumpf reporter, Peyo, Dupuis

 

Quelques éléments de procédure feront office de mode d’emploi. Prélevez ce dont vous avez besoin. Respectez les points que je vous soumets.

Cela dit, ils permettent d’inspirer votre écriture. Surtout si vous débutez dans le domaine. Prenez la liberté de les utiliser en totalité ou en partie.

Je vous livre mes confidences 😉

 

1. Répétez, pratiquez, variez

a. Une loi essentielle de la connaissance repose sur la répétition : pratiquez régulièrement l’écriture. L’habitude réveillera le futur expert que vous appelez à devenir.

b. Variez le vocabulaire. 4 bonnes raisons m’amènent à vous pousser dans cette voie.

Enrichir le contenu
Bonifier les écrits
Améliorer son éloquence
Être Google friendly
  • D’abord cela permet d’enrichir le contenu. Plus agréable à la lecture
  • Ensuite, une telle conduite bonifie à terme vos écrits. Si si… vous me remercierez plus tard
  • En vous imposant une recherche vous allez diversifier votre vocabulaire et vos phrases. Vous procéderez ainsi constamment à une réécriture, contribuant à élever naturellement votre niveau et améliorer votre éloquence
  • Enfin, c’est également donner de bons signes à Google. Car ce dernier analyse vos pages en prenant en compte sa diversité lexicale, notamment

 

C’est là que je vais vous confier mon petit secret de fabrication…

Quand j’écris – surtout au clavier – je travaille systématiquement avec deux onglets. L’un donnant sur la page d’édition de mon article. L’autre sur ma plateforme favorite de synonymes. Je navigue régulièrement d’une page à l’autre, pour trouver le meilleur mot à insérer dans ma phrase. Un verbe, un adjectif, un adverbe, ou même une locution. Crisco propose pas mal de fonctionnalités. C’est ça que j’adore.

 

crisco propose mal de fonctionnalites

 

Au début, cela peut sembler fastidieux. Parce qu’il vous manque la fluidité. Cette mobilité naturelle à écrire d’une traite vos énoncés. Appliquez cette mesure consciencieusement. Vous prendrez l’habitude. Une aisance quotidienne s’installera. Vous verrez alors que cet outil occupera un espace stratégique dans votre arsenal… Tous mes sections encaissent le coup. Si elles parlaient, elles vous le diraient.

Relecture + Réécriture relèvent d’un dispositif que tout auteur doit caser dans sa panoplie de rédacteur. Soyez ingrat avec vous-même. Passez le filtre. Mettez plusieurs couches afin d’épurer un max. Récurez à donf. Laissez rien sortir. Cet aménagement élèvera vos écrits à un niveau jamais égalé. C’est à ce stade que vous réaliserez toute l’importance de l’art et la manière de rédiger. Ce que cela apporte comme résultat en terme de lecture et d’expertise. 

 

2. Calibrez vos phrases

Privilégiez la phrase courte, sans vous interdire d’en composer de plus longues. C’est d’ailleurs une de mes façons d’opérer. L’essentiel étant d’équilibrer pour donner une cadence et imprégner l’écoute d’une sonorité agréable. Utilisez la ponctuation à cet égard. En substituant les virgules par des points. Positionner les « : » paraît également un bon compromis. Notamment dans les cas d’hésitation, entre différents éléments typographiques. 

Le saut de paragraphe permet en outre de donner des moments de pauses confortables. En changeant de ligne, vous aérez le texte. Une ergonomie profitable. On inspire. L’intervalle embellit le regard. Retentit finement aux oreilles. Une interruption éphémère comme le musicien sait vous la donner en suspendant la note. Pour mieux la reprendre ensuite.

 

3. Soyez positif

Oui… Vraiment. Éviter d’insérer des formules négatives. Forcez-vous à retirer les ne… pas

Le train n’est pas partiLe train a retardé son départ.

Je n’aime pas mettre de sucre raffiné dans ma crème fouettéeJ’adore parfumer ma crème fouettée de rapadura.

Plus onctueux. Mmm ! Un délice préservant la douceur.  

Pour appliquer cette mesure, vous devrez totalement modifier la tournure de la phrase. Afin de l’orienter vers une proposition affirmative, comme je le montre dans les exemples. Cherchez le vocabulaire adéquat. Les verbes convenables selon le ton que vous projetez de formuler.

Nooooon… ! Cessez de me crier aux oreilles que vous avez cherché sans rien trouver.

Il existe des tas de verbes et de mots en langue française. Quand vous les verrez, vous l’admettrez. Suffit de prospecter là aussi les sites de synonymes, comme je l’indiquais plus haut.

Synonymo ou mon préféré : Crisco

Puis de modifier vos énoncés proprement. De manière à glisser les verbes repérés et sélectionnés.

Vous me répondez… Vraiment ?

Peux pas m’permettre d’insérer la négation ? Même une fois ?

Si bien sûr, j’entends bien. Mais celle-ci occupera vos pages tellement rarement qu’elle finira par prendre une réelle valeur en se présentant.

Vous saisissez la nuance ?

En vous astreignant à cette épreuve, vous devrez approfondir vos recherches pour accrocher la formule idéale. Je vous garantis que vos textes se distingueront.

 

4. Structurez votre contenu

Passer du temps à rédiger le meilleur article de votre vie, puis mal le structurer… C’est ballot. Lorsque vous préparez le plan, pensez à hiérarchiser chaque étape du discours. On pose d’abord le problème. En faisant allusion aux difficultés que le lecteur rencontre. Dès lors, la promesse d’un pack de solutions se présente. Comme je l’ai avancé au début de mon billet.

Oui oui… Vérifiez 😉.

Annoncez dès l’intro le contenu à votre audience. Normal !? Yep.

Rien que de plus banal.

Mais… Ça vous est jamais arrivé de tomber sur des pages où il fallait défiler…

Défiler.

Défiler ?

Puis arrivé au bout, vous prenez conscience de vous être fait entuber bien profond (je vois à vot’ tête que ça sent le vécu 🙂). 

Fallait se rendre à l’évidence : l’info brillait par son absence. On vous y reprendra plus.

Je vais vous raconter une histoire. Plus jeune, je vivais au Moyen-Orient.

Chaleur, désert et soleil de plomb rythmaient notre quotidien. Alors le week-end vous pensez bien… Direction la mer. Une transparence et un paysage corallien les enfants… À couper le souffle.

Avec une température affichant un bon 39°, mes camarades et moi, devions nous mettre à l’ombre dès qu’on sortait de l’eau.

Et la plage… Ça creuse.

C’est dans ces moments-là qu’on adorait se délecter de recettes orientales. Notamment le manaïche. Sorte de galette épaisse recouverte d’un mélange exquis d’herbes et d’épices parfumé à l’huile d’olive, qu’on appelle zaaatar (oui… Avec 3 « a »).

On l’enfourne dans la bouche enroulée comme une crêpe. Puis on la déguste toute chaude. Ça fond tout seul, c’est trop bon… Un délice qui tient vachement bien au corps. 

Un vendeur muni d’un chariot déambulait à certaines heures de la journée, entre les bungalow, proposant mon coupe-faim favori. Criant « cola, 7up, ice cream, manaïche, chawarma ! ».

Un jour, j’étais vert. J’entendais le chahut habituel. Mais cette fois, le manaïche manquait à l’appel : « cola, 7up, ice cream, chawarma ! » 

Ma mère me dit : « pour une fois, va prendre un chawarma ».

Je me rends à contre-cœur auprès du commerçant ambulant. Et là que vois-je étalé dans son récipient transparent… Des manaïches ! Mais pourquoi ne l’avait-il pas signalé ?

Car selon lui, c’était l’évidence même. Il avait sans doute oublié, chais pas…

Avez-vous déjà vu un restaurant sans le menu affiché à l’entrée ?

Il perdrait des dizaines de clients.

Si vous omettez d’annoncer le contenu, l’internaute risque de s’en aller pour toujours.

Parce que son temps précieux comme le vôtre, il le consacrera en se rendant sur d’autres sites. Lui garantissant une table savoureuse. Celle où il profitera d’un repas gastronomique.

Ouvrez l’appétit au lecteur. En l’informant du contenu

  • En introduction
  • Éventuellement sur le sommaire. Surtout s’il s’agit d’un long article

Il pourra même gagner le passage convoité, en cliquant sur le lien en surbrillance. À l’image de ce que je réalise sur tous mes longs dossiers.

 

5. C'est qui l'patron ?

Soyez souple… Et seul maître à bord.

Les règles forment un fil d’Ariane. Pour vous aider. Afin de bénéficier de repères utiles et pratiques. Mais quand vous sentez qu’il serait de bonne augure de les contourner… Faîtes-le. 

Cf : la négation. Votre blog doit se confondre avec votre personnalité et donc vos décisions.

Semblable au bateau sur lequel vous vogueriez. Portez la casquette de mousse, quartier-maître, charpentier, enseigne de vaisseau. Mais surtout… Celui de capitaine. Acceptez selon les moments d’adapter ces règles à vos impressions. Libérez-vous l’esprit en prenant et en assumant vos choix.

L’expérience vous libèrera des contraintes canoniques que vous allez capter sur le web. Oui… Y compris sur mon blog. Prenez mes conseils, fruits des connaissances accumulées depuis de longues années. Mais de 🎼🎵♩ grââÂââce♩🎶, ajustez-les en fonction des vôtres et de votre instinct.

La langue démontre une élasticité merveilleuse.

Aucune autorité ne peut s’arroger le monopole d’une méthode universelle. Ni à mon modeste niveau. Ni à celle d’une institution officiellement reconnue comme l’université. Les nombreuses préconisations – d’où qu’elles viennent – vous accueillent volontiers à un buffet exceptionnel. S’il s’avère notable que l’on puisse déguster de belles recettes sucré-salé, évitez de rajouter de la mayo si vous jugez qu’elle s’accommodera peu dans votre préparation. L’expérience vous permettra ensuite de vous délier de la rigueur froide d’une procédure. Vous aurez tellement manié la langue, que vous saurez tirer parti de la méthode pour concevoir vos propres règles d’écriture. 

On a le droit à ce titre de formuler des phrases négatives avec le ne…pas. Vous saurez apprécier les phrases en mode passif, même s’il est fréquent d’inciter le contraire.

La meilleure façon d’évaluer une belle phrase consiste à l’écrire, la prononcer et déterminer si elle s’accouple bien dans son environnement. Au besoin, vous devrez mieux l’assortir. Voilà tout.

D’autre part, retenez bien ceci.

Les règles forment une armature qu’il vous faudra modeler selon votre personnalité. Dit autrement, je m’estimerai heureux si vous partiez en quête de votre style, à l’issue de votre lecture. 

 

6. Développez votre style

On va s’faire une p’tite liste. J’aime bien les listes. Pis j’fais c’que j’veux d’abord, c’est mon blog à moi.

1. Pratiquer. Déjà. HOohooÔ, on l’croisera encore çuilà… Faîtes-moi confiance. Mais vous admettrez avec moi que c’est le style qui font les figures emblématiques d’un Eric Clapton, David Gilmour ou Mark Knopfler. Musiciens ayant peaufiné leur jeu pendant… Longtemps. 

2. Choisir la facilité en écrivant tel que vous avez l’habitude de le faire. Hyper important car ça vous simplifie la vie d’une part. Ensuite, cela vous engage à démarrer sans chercher des excuses foireuses. Écrivez selon votre instinct d’après le plan initié.

3. Intervenir durant la relecture, sur tout ce qui vous semblera devoir mériter une correction. Faîtes-le d’après les procédures indiquées en amont. Je vous épargne cette peine en la remettant ici… Donc, on avait les éléments suivants. J’en rajoute 2 autres au passage : diversifier l’expression, équilibrer la longueur des phrases, préférer les affirmations positives, alterner chiffres et adjectifs, retirer l’excédent.

4. Supprimez les dissonances. Oui… Vous le ressentirez à la lecture. Ça sonne bizarre. Des mots s’accordent mal ensemble. Il faut donc que vous changiez la structure de la phrase.

Exemple :

Des éléments manquent dans cette partie. Ça va pas ! -ments et -man l’un à côté de l’autre, c’est juste horrible aux oreilles. 

Cette partie a besoin d’autres éléments. C’est mieux. Encore trop lourd.

Cette partie nécessite d’ajouter d’autres éléments. Pas mal, mais on entend encore un décalage.

Cette partie nécessite que l’on y ajoute d’autres éléments. On s’approche ! Un peu trop long. On sent toujours une mauvaise note dans la mesure.

Cette partie mérite quelques éléments supplémentaires. Haaa voilà. Beaucoup mieux.

Vous avez vu le cheminement ? Eh bien c’est notamment de cette façon que je travaille.

L’écriture se compare à la musique. Car elles s’articulent. Donnant ainsi la possibilité de se décliner à l’infini (cf l’élasticité évoquée plus bas).

Cette démarche, si vous l’appliquez avec zèle, constituera la base vitale de votre expression. Chacun possédant par ailleurs un caractère unique, on pourra développer son propre style et se démarquer des centaines de blogueurs qui en sont dépourvus.

Toutes ces mesures ravivent votre bougie intérieure. Une lueur apparaît. Mais insuffisante à diffuser le rayonnement éclatant de votre personnalité. C’est là que l’on va aborder la notion de créativité, mesure destinée à sublimer votre style.

notions de creativite
Sublimez votre style

Notion de créativité

La créativité se décrète ? Diantre ! (j’aime bien le ton vieillot de ce mot. Diannntre cher ami, vous n’y pensez paaas ! 🙃)

Les artistes s’expriment non en raison d’un talent inné, dont la grâce les aurait touché à la naissance. Mais bien parce qu’ils ont développé une pratique tous les jours, durant de longues années.

Vous vous souvenez du fil d’Ariane dont j’évoquais l’utilité. Sa présentation relève d’un aspect pratique. Parce que cela consiste à suivre les points d’une procédure. 

La créativité cependant, on le conviendra ensemble… S’apprend d’une autre manière. Celle-ci relève d’un enrichissement individuel. D’un vécu, d’une philosophie particulière… De tout ce qui constitue le caractère singulier d’une personne.  

On est loin d’un kit Ikea qu’il faudrait monter comme un meuble… 

Je vais vous donner quelques outils qui vous permettront de développer votre créativité.

Mais d’abord, nous allons commencer par jouer un petit jeu.

bibliotheque insoliteImaginez une bibliothèque.

Observez comment celle-ci peut s’envisager en deux images. La première, présente ses ouvrages sur plusieurs étagères. Un rayonnage normal, comme vous en avez l’habitude de voir tous les jours.

À droite, une cadre insolite. Cette image ne vous parle-elle pas davantage ?

Franchement, regardez… On y décèle de la magie. Un parfum de poésie. Un brin de romantisme. 

Cela soulève un élément central : la créativité. Une ambiance racontant une histoire. Elle m’évoque la lecture sous un nouvel angle. Celui de l’évasion, du voyage. D’une ballade au bout du monde.

Un caractère unique et rare se délivre… Peut-être aimeriez-vous partager cette photo sur les réseaux sociaux ? Parce qu’elle vous submerge de sentiments. L’émotion vous gagne… Vous êtes conquis !

Cela s’appelle l’authenticité.

En rédaction web, il faut emprunter les mêmes chemins pour séduire. Afin d’émouvoir et faire preuve d’une sincérité touchante. 

 

Comment provoquer la créativité ?

Voici quelques éléments dont vous pourriez vous inspirer. Prenez les en main. Faîtes en bon usage. Adaptez-les à votre humeur, vos envies du moment, votre état général. Puis, comme l’oiseau quittant le nid, déployez vos ailes et préparez vos propres recettes.

Partons déjà de la base. 

Utilisez du papier. Écrivez. Raturez. Fléchez. Annotez…

ecrivez raturezVous entrerez dans un état propice à la créativité. Mais loin de suffire à se proclamer auteur en suivant cette démarche, je vous la soumets néanmoins, parce que je souhaite vous engager à dépasser votre statut de « rédacteur fantôme ».

Un conditionnement idéal en quelque sorte. Disons quand même qu’il s’agit de vous inspirer une méthode. Mais n’oubliez jamais… Vous seul possédez les prérogatives d’un patron.

Me concernant, je peux travailler directement sur le clavier, sans passer par le papier. Ça dépend vraiment de la nature de mon projet d’écriture. Il m’arrive généralement de jongler entre les deux. Retenez l’idée selon laquelle vous devez mijoter, vous mettre dans les meilleures dispositions pour écrire. Je délimite volontairement ici la créativité à l’écriture. Mais vous aurez compris que votre capacité à donner lieu à des articles remarquables, devra reposer également sur votre volonté d’explorer des voies – éventuellement dans votre cas – inédites. Comme la lecture, la pratique d’une discipline artistique, l’initiation à un nouveau domaine d’enseignement… On abordera ces aspects en seconde intention.         

Concentrez-vous sur un objectif : travailler dans le but de vous éloigner de la moyenne et apparaître au grand jour aux yeux du monde. En imposant votre marque de fabrique et en faisant preuve d’inventivité. Vous introduirez un nouveau souffle dont la toile a tant besoin. Une griffe unique s’apposera naturellement dans vos écrits, si vous persévérez à maintenir un bon rythme d’écriture et en vous entrainant à l’exigence.

Concrètement qu’est-ce que veut dire faire preuve d’inventivité en rédaction web ?

Il existe une figure de style emblématique en littérature, que vous devrez employer : la métaphore. 

 

metaphore

La métaphore

Possible que vous ayez un souvenir scolaire de cet objet. Parce qu’il nous remémore nos séances de français, lorsque le prof donnait ses cours de grammaire. Du coup, on aurait tendance à esquiver cette figure de style. Ou à mal en profiter. On associe parfois l’école à un système éducatif sclérosé. Empêchant toute forme d’épanouissement. 

À tort ou à raison, voici un fait regrettable. Car la métaphore révèle un procédé littéraire divin. Capable d’aller bien au-delà de la suggestion. Des études scientifiques ont étudié l’impact des métaphores. Il a été démontré que des zones précises du cerveau relatives à l’expérience, s’activaient. Celles précisément qui concernent les fonctions tactiles. En lisant des passages contenant des métaphores, on peut donc saisir une idée avec plus de force. Une simple évocation paraît à ce titre insuffisante.

Réfléchissez…

Pourquoi les romanciers utilisent les métaphores ? Parce qu’ils veulent doter votre esprit de sensations. Le frapper de telle sorte qu’ils vont déclencher une impulsion dans votre imagination. Voilà aussi pourquoi les poètes privilégient cette figure de style.

  • Elle amplifie le lyrisme des vers
  • Déchaine les passions
  • Amène un sentiment d’exaltation  

Regardez comment les publicitaires parviennent à nous vendre une crème glacée, en exhibant des films, reprenant les codes de la sexualité séduction.

Petit moment intello. Je vous propose de partager quelques éléments issus de mes cours en sciences du langage, quand j’étudias à la fac de Nanterre.

Un des aspects qu’il fallait saisir, reposait notamment dans la relation établie entre image et concept. Ce que Ferdinand de Saussure (et pas « chaussure » 😉) nomme le signe linguistique

Ce dernier désigne le lien indivisible du signifiant et du signifié. Le mécanisme d’acquisition de connaissance – votre appareil cognitif – s’active dès qu’un signe linguistique se manifeste. 

  • Par la pensée
  • La prise de parole
  • La lecture
  • L’écriture
  • L’écoute
  • La perception

Toute intervention peut constituer un signe linguistique. Or, la langue est un système de signes où il n’y a d’essentiel que l’union du sens et de l’image acoustique. Il s’agit de la définition de la langue selon F. de Saussure.

C’est-à-dire que le signe va associer

l’image acoustique (= signifiant)

avec une idée (= concept ou signifié).

 

En prenant à votre compte un signe, vous allez relier l’image à un sens.

Si je vous dis livre (signifiant), vous allez pensez généralement à « livre » (signifié), ce qui est plutôt logique. Mais cela pourrait tout aussi bien vous faire évoquer autre chose. Cela dépend des individus. 

Là se trouve le caractère fondamental de la langue.

Étant donné que celle-ci constitue un système où chaque interlocuteur établit un sens, d’après ses propres normes cognitives, imaginez votre faculté d’innovation, grâce à l’utilisation des métaphores. D’autant plus que celles-ci ont montré leur capacité d’activation de l’aire cérébrale gérant les notions liées aux objets palpables. 

Vous aurez d’ailleurs noté toutes les fois où je les aies utilisées depuis le début de votre lecture. Mais l’art et la manière de rédiger consiste également à les intégrer habilement. De manière à rendre son discours tellement fluide qu’elles échappent à notre vigilance. Les métaphores peuvent ainsi amener leurs flots d’images de façon inconsciente.    

Lorsque je souhaite vous transmettre des valeurs ou attirer votre attention sur une méthode particulière, j’en insère.

Faîtes-moi plaisir mes Artusiens d’amour (rhôôô, ce que je peux être cucu la praline des fois 🤗)…

Employez les métaphores dans votre éco-système. Évitez les abus. Trop de rimel sur les yeux gâche l’effet recherché. Et en réalité votre possible manque de confiance que le lecteur aura tôt fait de remarquer. Je reconnais avoir pris dans cet article de grandes libertés en les utilisant. Parfois avec de grandes envolées lyriques. Vous me direz en commentaire si cela vous a plu… Ce que je souhaite vous dire par là, c’est que je m’efforce d’appliquer mes propres directives, mais sans forcément y parvenir. Mes doutes, mes craintes de mal faire, mal m’exprimer, demeurent toujours présentes.

Cela dit, je mets un point d’honneur à continuer sur la voie que je me suis tracée. Ce que je vous engage à faire.  

12 leçons de rhetorique pour prendre le pouvoirLaissez-moi vous parler d’un de mes livres de chevets. 12 leçons de rhétorique. L’auteur Victor Ferry, nous interpelle sur un point essentiel de la métaphore (p. 156). D’après ses observations, on fait preuve de négligence. Car on aurait tendance à employer des images maintes fois utilisées. Cela appauvrit la qualité du discours.

Il est fort probable que vous puissiez me mettre dans le lot là aussi. Malgré ma vigilance, je peux moi aussi me laisser aller… Nobody’s perfect.

Prenez le même itinéraire que je m’efforce d’emprunter. Certes, plus long, plus exigeant. Celui de l’audace. De la nouveauté. Quoiqu’il en soit, un chemin ayant vocation à nous entrainer vers le terrain de la créativité. Le secret d’une bonne allégorie réside dans l’innovation. Capiiiiiche 😉 ?

Un truc hyper important que vous devez savoir. Même si ce qui va suivre vous apparaît logique, ça ira mieux en le disant.

L’être humain possède une capacité unique : l’élasticité du discours. En d’autres termes, le potentiel de pouvoir délivrer un message identique d’une infinité de manières. À l’image de ce que Raymond Quenaud nous à légué, en proposant Exercices de style

La langue désigne en effet un langage articulé. Cela offre une créativité remarquable.

C’est pour cela que j’adore lire des œuvres inscrites dans le mouvement surréaliste ou s’en appropriant les codes. Comme celles de Boris Vian, d’André Breton, de Robert Desnos, Paul Éluard… Poètes et romanciers proposent une grille de lecture inédite du monde. Les mots dansent, chantent, vivent. Images et allégories entrent en scène dans une incroyable chorégraphie, comme la littérature n’en avait jamais vu auparavant.

Même lorsque l’auteur emploie des métaphores dans de simples comparaisons, la description diffuse des images éloquentes. Honorant le regard, émoussant l’audition d’une sonorité si délicieusement sucrée, qu’on en ressent encore la délicatesse, cette texture douceâtre coulant dans la gorge, la ligne d’après. Lisez la première page de l’Écume des jours, Vous saurez où je veux en venir.

Nourrissez-vous d’œuvres romantiques du 19 ème siècle. Auxquels d’ailleurs les surréalistes faisaient honneur. Là également, vous obtiendrez une profusion de représentations… Suffit juste de consulter la première page en accès libre sur Amazon. Inutile d’acheter ou de lire tous les livres. Même de vous y intéresser autant que moi. Je vous les indique uniquement pour illustrer le caractère exemplaire de la métaphore. Pour vous montrer ce qu’une figure de style peut transmettre.

Un exemple avec l’un de mes auteurs préférés, Flaubert :

Salammbô.

Bien évidemment, vous aurez compris le sens de mes enseignements. Il ne s’agit nullement de transformer vos articles en poèmes épiques ou en modèle de vertu littéraire. Mais de vous guider vers une route bénéfique à une écriture démonstrative.

La métaphore désigne cette capacité remarquable d’entrer en connexion avec le lecteur. C’est exactement ce que tout rédacteur web recherche. Instituer profondément une idée en la faisant vibrer. Qu’elle puisse résonner avec ardeur.

Ne vous a-t-on jamais dit un jour : « Toi… Tu fais la gueule ».

« Ouu lala lala, tu tires une de ces tronches ! ».

Avez-vous pris la peine de le dire. De la proclamer haut et fort ? Non. Parce que ça se voyait.

Il vous arrive tous les jours de porter la colère, la tristesse ou la joie. L’expression du visage constitue un marqueur sociologique redoutable, dans le cadre des relations humaines. Elle met à nu les émotions.  

En montrant, vous donnez le sentiment de dire la vérité. Méthode appréciée en littérature, dans la mesure où elle permet d’apporter une sincérité dans la description. Et ainsi la faire vivre intérieurement au lecteur.  

Montrer plutôt que dire revient à faire preuve d’authenticité. Le meilleur moyen d’y parvenir, c’est de raconter une histoire. Votre Histoire. En témoignant de votre véritable nature, vous allez favoriser la réception de votre message. Car votre cœur s’exprimera naturellement aux yeux de votre audience.

Cette technique littéraire s’appelle en anglais le show don’t tell. La métaphore aura pour but d’en accentuer les effets. 

 

authenticite
Montrer, ne pas dire

Susciter l'émotion avec l'authenticité

 

Vous connaissez le « Métro, boulot, dodo » ?

Bien sûr, mais laissez-moi vous en parler…

Cette expression souligne le caractère routinier de la journée. Semblable à un chemin balisé. Aux heures de pointes des têtes s’engouffrent par dizaines dans les rames. Certains finissent entassés, d’autres agrippés… Un périmètre écrasant que tout le monde s’empresse de fuir, dès que possible. Ambiance torride : on s’évite, le voisin pousse involontairement. Ben puis toi tu fixes le sol ou t’hausses les yeux, détournant le regard de ce spectacle urbain et désolant. Dans la cohue, chacun sort son smartphone, un livre, le temps de s’évader durant le voyage.

« Métro, boulot, dodo » représente l’archétype de l’individualité. La sensation d’assister à un ballet de clones. 

Tout le monde se ressemble.

Même psychologie, même profil, même démarche. L’efficacité d’un ordinateur réglé selon une horloge infaillible. Performante. Froide. Puissante.

Évidemment, c’est faaaaaaux. Vous le savez bien que derrière chaque passager se cache une histoire particulière. Une personne entière. Ayant peut-être une vie trépidante que tout le monde envierait.

Mais l’important tient dans la perception. Le sentiment que l’on retire d’une expérience.

Dans cette vidéo, notez comment la réaction des uns et des autres, démontre qu’il existe une force capable de fédérer dans un même mouvement. Un lien se crée.

 

 

Ahhhh… Ça fait du bien hein ? Voyez tous ces visages, ces sourires portant les marques de la réjouissance. Ce climat débordant de joie. Une hilarité tendant à s’éterniser pour monter en puissance. Impossible de tricher. Un air de bonne humeur et de générosité plane. Vous souhaiteriez prendre part à ces quelques secondes de bonheur… Être présent parmi eux, pas vrai ? Bon allez, repassez-vous la bande, j’vous l’accorde 🙂.

Je l’ai partagée avec ma maman qui s’est tordue à un point, si vous l’aviez vue mes enfants…  Parfois je me retape le film. Je dois admettre qu’il m’est même arrivé de pleurer en le revoyant. Ça va peut-être vous paraître ridicule. Mais… Souvenez-vous de mon passage à propos du signe linguistique. Le cerveau interprète le signifiant selon ses références personnelles. À cet instant, mon dispositif cognitif a réagi avec une émotivité emprunt de mélancolie et de tristesse. J’ai versé des larmes non en raison de la joie exubérante que l’on y trouve. Mais parce que la spontanéité libérée m’a fournit une telle intensité que j’en ai tressaillis en repensant à un épisode triste de ma vie. Mes sanglots enfouis ne demandaient qu’à jaillir. 

Bon, on redescend sur terre et désolé… je dois vous avouer un truc (bonjour l’ambiance 🙄). Ce sont tous des comédiens. Cette vidéo vient d’une pub de la légendaire boisson gazeuse. Oui… Coca-Cola. Voici le lien original, sans la coupure. Vous y verrez le logo à la fin… D’où mon choix de montage qui s’avère être beaucoup plus sympa comme ça non ?

Mais peu importe son caractère publicitaire. L’important tient dans la magie de ce moment intense. Vous y avez cru et c’est là que réside l’essentiel.

Ce que l’on met ici en jeu :

  • la spontanéité
  • la réaction
  • la complicité
  • l’affect

Ces ingrédients contribuent à instaurer l’authenticité grâce à l’émotion suscitée.

À partir de là, vous savez ce qu’il convient de faire. Raconter vos expériences. Vous détenez certaines anecdotes qui pourront être mises au service de votre contenu. Le secret passe par les émotions. Vous devriez donc en faire la trame de votre message, lorsque vous l’adressez à votre audience.

Pensez à tous ces blogs parsemant la toile. Ils ressemblent aux masses anonymes du métro. On a beau y trouver une page à-propos. Certainement utile au demeurant. Le visiteur lambda souffrira inconsciemment d’une lacune. Il manque le petit zeste. L’assaisonnement relevant le goût. Pour faire jaillir votre personnalité de la masse. L’ingrédient que vous devrez rajouter pour sortir du chaos. 

 

Comment instaurer l’authenticité ?

Je vous ai indiqué au préalable la force des images et ce que cela impliquait, dans votre façon d’écrire. Comme la métaphore. Figure de style que l’on peut prolonger avec celles de l’allégorie ou de la simple comparaison. D’autres figures existent bien entendu. J’évite d’en faire l’étalage, sinon ça prendrait des plombes et cela risquerait de vous faire perdre le fil. La métaphore synthétise la diversité de moyens et des enjeux de la langue. Mais dans tous les cas, il faudra harmoniser vos outils linguistiques avec ce qui façonne votre personnalité. 

Tout simplement en évoquant vos galères, vos succès, vos doutes… Bref, prenez la voie d’une conversation naturelle. Adoptez le ton favorisant la proximité et l’empathie. Versez dans vos articles une pincée d’affectivité. 

‘Tention… S’agit nullement de faire pleurer dans les chaumières. Employez juste votre façon de parler habituelle, en choisissant un angle émotionnel particulier.

Au cours de la vie, nous éprouvons des sentiments variés : colère, frustration, déception, bonheur intense… Puisez dans le lot ce qui inspirera la présentation de votre sujet.

N’oubliez jamais que parler de soi apparaît pertinent, à la seule condition que cela puisse permettre à votre prospect ou lecteur de répondre à son problème.

Ma vie vous intéressera uniquement si vous ressentez qu’elle puisse servir la vôtre. Et que je parle de vous (avoue que t’adore que je parle de toi, Olivier L. 🥰 Hihi… Olivier L. t’es l’un des petits derniers de ma liste email).

Revenons à la notion de storytelling. Il s’agit d’une méthode reposant sur la narration d’une histoire. Le but : amener le lecteur vers une forme d’identification. On utilise beaucoup cette technique pour optimiser les pages de vente. Notamment celles des produits numériques, comme les formations liées au webmarketing. Jetez par exemple un œil sur celles d’Antoine BM. L’un des marketeurs les plus prolifiques de France.

Les grandes sociétés mettent également à profit l’insertion d’un récit. Mais davantage sous forme de film. Plus attractif et percutant. Les publicitaires ont depuis longtemps saisi l’intérêt d’influencer le public avec des histoires. Pour des raisons liées à la nature humaine. Jouant ainsi sur sa disposition à montrer sa bienveillance. Lui permettre de s’approprier les éléments de narration : situations et personnages éveillent alors une émotion. Le public s’implique. Cela donne lieu à une ferveur pouvant le conduire à prêter attention au produit. À le prendre en considération. À lui attribuer une valeur positive. 

Partant de ce principe, vous pourriez considérer stratégique de formater une page dans laquelle vous allez étaler votre vie. Avec son lot de métaphores, de style aux accents émotifs…

À moins que votre modèle de blog repose sur des histoires croustillantes, dont un certain public se montre friand, ne faîtes pas ça. Il existe d’ailleurs des sites spécialisés menant ce genre de contenu.

Il m’arrive à mes heures de lire les témoignages touchants d’anonymes. Mais ma démarche consiste à ce moment-là de m’abreuver d’un récit inspirant sur la nature humaine. Sans spécialement rechercher à résoudre un problème lié à mon quotidien. Ma cible se base sur une chronique qui puisse me bouleverser.

Voilà une plateforme digne d’intérêt, car elle vous enseignera les multiples façons d’intensifier un récit. 

Soulignons à nouveau ce que j’indiquais antérieurement : votre vie n’aura d’importance qu’à la lumière des intérêts du lecteur. Un récit, une anecdote, même un petit détail devront se fondre dans un contenu à haute valeur ajoutée.

À mes yeux le storytelling doit se montrer omniprésent, au fil des articles d’un blog. Non en s’agglutinant de façon concentrée sur quelques billets.

La force du récit tient dans l’évocation de vos expériences sur le long terme. Jusqu’à parvenir à faire de votre audience les confidents privilégiés. D’autant plus si vous créez un espace privé comme le mail, car les liens s’enracinent davantage.

C’est comme cela que l’on instaure l’authenticité.

Résumons :

1. Faire part d’anecdotes et d’histoires liées à votre vie, ou appartenant à celle d’une autre personne.

2. Appuyer votre discours avec des émotions, en employant des figures de style comme la métaphore.

3. Les mettre en évidence afin de les montrer, sans les nommer. 

 

Comment employer les mots destinés à montrer… Sans le dire

Voici un texte que j’ai rédigé à cette occasion. Il emprunte les codes de la littérature. Je vous le soumets juste pour vous illustrer le concept du show don’t tell. Nous verrons après un autre texte, au ton plus spontané et moderne…

Lisez-le, On en reparle juste après.

La main ferme posée sur le cahier, je luttais contre le sommeil tout en me redressant. Le regard étourdi mais le corps rétabli en dépit d’une légère blessure. Mon pyjama, lacéré au cours de la nuit, se dérobait. Dévoilant un drap bleu-cramoisi. Les stigmates d’une mésaventure nocturne dont je ressortais sonné.

Des lambeaux de tissu trainaient encore. Mêlés aux petits morceaux de verre. Les vestiges d’un miroir que j’avais entreposé la veille à l’entrée de ma chambre. Le cordage de pantalon s’y était accroché. Il n’en restait plus que le cadre et un petit tas de bris reposant contre le mur.

J’ouvris difficilement un œil. Le cou raidit, l’esprit nébuleux, je voyais le bois couler. Une longue brisure ovale prit forme. Mais qu’est-ce qui m’arrivait ? Je finis par discerner un mouvement étrange…  Un ballet de signaux rouges clignotaient le long du fragment. Un bruit d’outre-tombe retentit. Brusquement. Je ravalai ma salive. Mon doigt sur le cahier frémit. Me ravisant la seconde d’après, je soupirai de soulagement. Ce n’était que le reflet du réveil sur un des segments de glace. Je pressai le bouton…

Me retournant, je retirai les plantes posées sur le rebord extérieur de la fenêtre, comme je le faisais tous les jours en cette saison. De fines gouttelettes coulaient le long des feuilles. La rosée avait fait son œuvre. Puis, remplissant une cartouche d’encre noire, je m’apprêtai à rédiger les premières lignes de la journée. En jouant sur ma spontanéité habituelle.

Malgré des yeux à moitié clos et des pensées embrouillées, je regardais dehors. Un mince rayon diffusait légèrement sa lumière, s’estompant à l’horizon. Le soleil m’exhibait une lame acérée, comme s’il voulait m’alerter de sa présence imminente.

Les pages s’imbibaient, mon poignet gigotait, donnant la mesure. Un silence de monastère planait. Les lampadaires s’éteignaient… Il faisait bon. Mon chat continuait à dormir.

 

À votre avis, à quel moment de la journée se trouve-t-on ? Vous avez 10 secondes…

 

Réponse

Eh oui, il s’agit du matin. Précisément l’aube. Pourtant à aucun moment je l’ai indiqué.

 

Dans ce paragraphe, j’ai montré. La scène se dévoile avec davantage de sincérité que si j’avais simplement écrit : « c’est le matin ». Vous avez sans doute aussi noté la peur et l’instant à partir duquel je commençais à rédiger (« mon poignet gigotait, donnant la mesure »). J’annonce cela sans jamais le dire.

Vous concevez la différence ?

J’offre des sentiments tout en décrivant des situations, mais en m’abstenant de les nommer. Les émotions s’infiltrent subtilement dans une atmosphère particulière. Le lecteur ressent au-delà d’une simple mention. Il voit.

Les mots apparaissent comme des chimères.

Faîtes-en des êtres de chair et de sang. Animés d’une vivacité remarquable. 

 

Amplifiez la langue, Aaammmmplifiez !

Au lieu d’énoncer : « J’ai mangé un faux-filet délicieux ce midi au resto, c’était sympa, blabla… »

Dîtes : « Je me suis tapé un faux-filet à la sauce beurre maître d’hôtel les enfants, si vous aviez vu le machin. J’en ai la panse fendue. Une viande saignante… Pfiouuuuw ! j’ai rarement goûté un morceau de cette tendresse. Le fumet, sa frites-salades, ce mélange mayo-béarnaise… Tout me remonte dans les narines. Avec un petit vin du sud-ouest qui gargouillait dans la bouche. Pour bien faire passer la barback. J’espère que je vous file pas la dalle, parce que moi j’en salive encore ! »

Alors… Quelle idée je souhaite propager dans l’esprit du lecteur, à votre avis ? Tout simplement le caractère délicieux de ce faux-filet, mais sans jamais l’indiquer ni mentionner le mot. Vous le voyez bien qu’il est délicieux. Je rajouterai même que vous le sentez. Ce parfum de bidoche grillée au barbecue. Vous la voyez. Cette chair rosée, laissant dégouliner une graisse toute fumante.

Limite, il émoustille vos papilles, haha !

Vous suivez un régime végétarien ? Ben adaptez… Soyez flexible. Comme au niveau géographique. Si j’avais une audience camerounaise, j’aurai par exemple pris le tournedos à la place du faux-filet… Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le tournedos désigne un petit déjeuner copieux à base d’avocats, de tomates et de lait concentré sucré. Le tout monté d’une omelette garnie de pâtes et d’oignons.

Bon, je m’égare… Et je sens que je vous ouvre l’appétit, on va arrêter là.

Mais haha… Ça va, on est entre nous. On peut parler d’aut’chose 2 secondes… 😋.

Il faut que je vous dise un autre truc. Si vous avez lu tous mes précédents billets publiés en mode copywriting, vous l’avez peut-être croisé…

Pour parvenir à rendre vos mots, vos phrases et vos tournures emprunts d’une telle intensité, cherchez le plus souvent à remplacer le verbe être. Ouiiiii… Bien évidemment vous en détenez les capacités.

Ça demande au début un peu de temps. Avec de l’entrainement et de l’expérience, vous y parviendrez. D’abord privilégier un verbe d’action. Trouvez-le ici. Essayer de se rapprocher un max du sens que l’on veut exprimer. Puis réfléchir à la bonne tournure. Là, direction Crisco pour se pécho le synonyme le pus adapté. Celui qui pourrait même taper dans le 1000. Fourrez-le en loucedé. Bam… Vos lecteurs n’y verront que du feu.

Expérimentez ce petit exercice sur un de vos articles déjà publiés. Vous établirez alors la transformation. Vous passerez du diesel au super. Euh… À l’évidence, le passé composé se forme notamment de l’auxiliaire être. Là, aucune échappatoire. Quoique… Réfléchissez au temps conjugué. Le passé composé s’avère-t-il vraiment utile ? Pour le reste, suivez mes conseils. 

Faîtes l’effort d’emprunter les figures de style afin de rendre votre texte vivant.

En 2 mots : donnez de la brillance, coupez le bullshit.

Appliquez ces différentes directives

  • Variez le vocabulaire
  • Employez des verbes comportant une dimension visuelle ou sensorielle
  • Éveillez ainsi les sens du lecteur : faîtes-le renifler, respirer, toucher, bref… Offrez-lui l’occasion et le plaisir de vibrer
  • Écrivez comme vous parlez
  • Confiez vos petites anecdotes en les mettant au profit d’un sujet que vous développez
  • Faîtes usage des différentes émotions que vous traversez au quotidien

L’ensemble va créer un éco-système constituant un storytelling unique : le vôtre.

Alors… Prêt à révolutionner votre style ?

Voyons ce qui pourra inspirer et stimuler votre créativité.

s'inspirer pour stimuler la creativite
Lire, apprendre, créer

4 techniques inspirantes pour déployer votre créativité

Authenticité et créativité révèlent une ambivalence. L’une ne peut se passer de l’autre. Elles se croisent et se nourrissent mutuellement.

À votre avis, pourquoi je consacre un article entier à la rédaction web et au copywriting ? Car vous savez bien qu’en fait, mon blog a d’abord pour but d’enseigner l’affiliation. De vous faire part de mon expérience afin que vous puissiez tirer profit d’un système financier. 

Si vous me suivez, vous avez vu que je consacre à l’affiliation une partie de mon temps. Ça finit par être éprouvant à la longue. Surtout lorsque les gains suivent difficilement malgré mes efforts. Eh bien j’ai le sentiment que pour engendrer du succès en affiliation, il faudra passer par une certaine forme d’authenticité auprès du public. Mener des projets sur le web suppose l’instauration de vases communicants. Soit, un approfondissement de connaissances, pour se différencier et augmenter ses chances de réussite.

C’est donc l’esprit que je souhaite vous transmettre. Cela suppose d’accomplir des tâches propices à stimuler votre créativité. Et de toute évidence, je vous encourage à passer par cette étape, quelque soit la nature de votre activité sur la toile.

Écartez l’idée d’une éventuelle incapacité. De nombreuses recherches ont démontré que tout le monde pouvait se montrer créatif. D’après des études menées dans les départements de psychologie aux Etats-Unis, on accède à la créativité en faisant appel à des démarches favorisant la pensée positive, l’initiative, le partage et la pédagogie.

Appliquez au quotidien ces 4 mesures. Vous allez générer des ressources qui vont inspirer votre approche, votre façon de travailler et d’écrire.

 

Noter de nouvelles idées

Écrivez. Encore. Davantage. La prise de notes consiste à faire de votre carnet une source personnalisée. Ne vous est-il jamais arrivé d’avoir une idée. De vous promettre de la retenir et le lendemain… Pshhhht aux oubliettes ! Alors, écrivez vos idées, développez-les et consultez votre journal d’inspiration.

Surtout…

Faîtes gaffe à l’usine à gaz. Consigner ses observations relève d’une noble intention. Je fais pareil… Mais vous risquez de les perdre et de gaspiller votre temps si vous les organisez mal.

Choisissez un mode privilégié : Classeur, cahier, Evernote, Notion. Ou Bear, mon préféré. Mais fonctionne uniquement sur Apple.

J’aime bien passer d’une base de données numériques au papier. Mais dans tous les cas, j’effectue un enregistrement sur l’ordi en bout de course. Trello me sert par ailleurs de plan de travail pour visualiser rapidement mes activités et les éléments que je peux mettre rapidement en application. Quelque soient vos supports favoris, créez un système pratique dans lequel vos idées s’organisent selon un classement optimisé, calibré, opérationnel. Pensez aux #tags sur vos logiciels.  

Résoudre un problème insoluble

Concrètement, ça consiste à se casser la tête sur un projet que vous rêvez de réaliser.

Et à quoi ça sert ?

À montrer que la réussite peut finir par vous atteindre. Si vous y mettez le temps et l’attention nécessaires. Aucune obligation d’y passer des plombes… C’est vous qui voyez…

5 ou 15 minutes par jour peuvent amplement suffire. Consacrez 1 heure si vous le sentez bien.

Vous seul déterminez la durée utile pour vous creuser les méninges.

Organisez-vous un créneau. Souvent. Pendant lequel vous allez réfléchir à la résolution de votre problème. Il peut s’agir d’un sujet en lien avec votre activité. Ou totalement étranger.

L’intérêt se trouve dans la réflexion, la documentation et l’aboutissement du nœud que vous souhaitez délier. Un mic-mac qui vous tient à cœur, dont l’épilogue vous apportera la récompense et la satisfaction méritées. Rien ne vous contraint à une réalisation concrète. C’est une expérience théorique. Pouvant bien évidemment déboucher à la mise en œuvre de votre ouvrage. Mais il n’existe absolument aucune contrainte.

Et quel idée pourrait-on mettre en œuvre ?

Cela implique une démarche répondant à vos caractéristiques individuelles. Voici cependant quelques pistes pouvant inspirer de futurs projets…

Rappelez-vous… Certaines idées soumises peuvent demander un budget. Le but est de faire semblant dans un premier temps. Si vous deviez en réaliser un, quelle démarche aurez-vous besoin d’accomplir ?

L’aspect financier constitue un indicateur prolongeant votre brainstorming.

Que devrais-je faire pour obtenir le budget adéquat ?

À vos marques !

  • Visiter un pays insolite : Pakistan, Bhoutan, Liechtenstein… 
  • Assister au lancement d’une fusée Space X (c’est toute une organisation).

D’autres idées de voyage à la pelle, regroupées dans une liste de choses à faire

  • Proposer à votre médiathèque une exposition sur une thématique de votre choix et organiser une conférence. Vous êtes devenu un expert de votre sujet.

J’ai eu l’occasion de faire une conférence. Mais c’est de la triche, car c’est la médiathèque qui est venu me chercher

  • Réfléchir à un nouvel aménagement de sa maison.

Surtout, cogitez sur un problème dont l’issue vous intéresse, vous apporte quelque chose de concret dans votre vie

  • S’organiser un meilleur planning pour se dégager du temps…

 

Explorer de nouveaux domaines

Qu’avez-vous appris dernièrement ? Je veux dire… Réellement appris ? J’vous parle pas de la dernière conquête de Rihanna ou du dernier film de Brad Pitt. Ni du dernier post de votre fil Facebook que vous aurez de toute façon oublié d’ici 5 minutes. Je parle de pédagogie. D’un thème qui pourrait développer votre inspiration. Ce qui donnerait lieu à voir la vie autrement…

Quelque soit le domaine auquel vous êtes en train de songer, il en existe un qui devrait retenir votre attention. La discipline artistique. Réfléchissez : l’art permet d’introduire une démarche essentielle. Celle de pouvoir créer. 

Le domaine artistique nécessite l’emploi des mains. La réflexion, davantage d’imagination et d’innovation. Pratique d’un instrument, dessin, sculpture, couture, jonglage… Autant d’univers que vous pourriez explorer. Il en existe forcément un répondant à votre tempérament. En dehors de l’art, vous pouvez envisager de suivre une matière plus « scolaire » qui vous a toujours attiré, mais que vous n’avez jamais eu la chance d’étudier. Langue, psychologie, philo, sciences humaines quelconque…

Internet permet de connecter le monde entier afin d’enrichir nos connaissances, et on se dame le pion à checker nos dernières notif sur les réseaux. Merdkwa, ça la fout mal. Ok, j’lai fait y a deux minutes, mais c’est pas une raison. 

Saviez-vous qu’il existe des cours de fac en ligne. Coursera, une plateforme américaine, propose des enseignements dans tous les domaines. Même en écriture (non, j’lai pas suivi). Payant, mais d’une, on se positionne dans des prix hyper raisonnables. De 2… Ça vaut au moins le coup de jeter un œil. Et pourquoi pas de s’y inscrire pour se faire des sandwichs de connaissance.

Pas chaud pour l’anglais ni pour payer ?

Ok. Les MOOC, vous connaissez ? Massiv Open Online Courses. Soit, enseignement en ligne ouverts à tous.

Ils disposent de dizaines de ressources pédagogiques, en accès libre. Donc gratuites. Quelques options payantes peuvent parfois être proposées. Mais dans l’écrasante majorité, vous n’aurez pas un centime à débourser. C’est ce qui fait son principe fondateur au demeurant.

Une autre solution consiste à suivre une formation diplômante en ligne. Là, vous vous attaquerez au dur, au vrai ! Il s’agit ici d’un réel investissement, car il faudra y consacrer un budget : frais d’inscription, livres, voyage pour aller passer les examens écrits…

Il est également possible de suivre les cours en audition libre. Aucune contrainte. Une carte d’accès vous sera délivrée. Renseignez-vous auprès de votre université locale.

Retrouvez toutes les infos utiles sur les MOOC ici.

Je suis tenté pour ma part pour le cours de psycho. Cependant, je dois dire que j’ai tellement de projets en déroulement, qu’il me faut pondérer mon enthousiasme.

Je pratique la guitare, développe mon adresse au jonglage, j’apprends à dessiner. Je décidais dernièrement de me mettre au japonais. Ça fait beaucoup en plus de toutes mes activités sur la toile, sans compter mes lectures et tout le tsouin tsouin..

 

mes lectures

 

Vous voyez… Étant donnné tout ce que je fais, il y a largement de quoi vous coincer quelques heures dans la semaine pour développer vos compétences dans un domaine. 

 

Mal parti pour suivre un cours de façon officielle ? Qu’à cela ne tienne. YouTube détient des centaines de vidéos, parmi lesquelles vous devriez trouver votre thème de prédilection.

  • Connaissances, neurosciences et géopolitique et… Pas mal de choses avec Idriss Aberkane

YouTube met à disposition une table à volonté… Plus qu’à vous servir.

Depuis longtemps, je choyais l’idée de comprendre la théorie de la relativité d’Einstein. Grâce aux vidéos de cours de Richard Taillet, j’ai pu lentement me forger une nouvelle perception. Comme il s’agit d’un sujet complexe faisant appel à des représentations contre-intuitives, de nombreuses séances furent nécessaires, avant que je puisse obtenir une compréhension à peu près correcte. 

Son 1/4 d’heure insolite constitue également un source d’évasion et de pédagogie intéressante.

Quelle matière ou discipline artistique souhaiteriez-VOUS développer ?

Dîtes-le en commentaire pour nous donner de l’inspiration aux uns les autres. Ça m’intéresserait d’en savoir davantage sur votre cursus ou vos envies du moment. 

 

Installer des conditions favorables

On dit souvent sur la toile et ailleurs que notre caractère, nos humeur et nos motivations constituaient la moyenne des 5 personnes que nous fréquentions le plus. Ou 4… Je sais plus trop.

Peu importe le chiffre. Le principe derrière cette affirmation, repose sur le fait que nous soyons régulièrement influencés. Vous avez certainement entendu parler de la notion de groupe, d’autorité, ou du sentiment d’appartenance. Et de l’effet que cela impliquait dans notre comportement. De nombreuses études ont documenté le sujet. 

Votre état mental conditionné par l’environnement, désigne un point capital concernant la créativité. Car il met directement en jeu vos capacités de réflexions et votre liberté de pensée.

comment vous voyez vous
@ Redbubble

Comment vous voyez-vous ?

Dit autrement, comment jugez-vous l’existence que vous menez ?

Quelle estimation faîtes-vous de cette personne que vous incarnez ?

Quelle valeur lui accordez-vous ?

Abstenez-vous de répondre. Laissez-moi juste vous apprendre qu’à partir de cette seconde, vous devez faire de votre pensée un lieu inviolable. Une forteresse dans laquelle on ne doit pas entrer facilement. Équipez-vous d’un épurateur, afin de retenir les connaissances nécessaires, tout en vous éloignant des pensées négatives et polluantes. Vous en avez besoin pour avancer et développer votre expertise sur un sujet.

L’idée que l’on se fait de soi, a été expliquée dans un livre fondamental paru en 1960, que je vous conseille d’acheter. Existe uniquement en anglais. Mais c’est peut-être l’okaz de vous y mettre.

Psycho-Cybernetics. L’auteur, un médecin formé en chirurgie esthétique, notait – à l’évidence –psycho-cybernetics que les personnes souhaitant modifier leur apparence ne changeait pas pour autant de comportement. Cela révélait un biais remarquable : l’image du visage seule ne peut suffire à procurer de la valeur. En même temps, ceux qui prônaient l’attitude positive s’illusionnaient s’ils ne prenaient pas en compte leurs croyances profondes, vecteurs de nos échecs. 

Pour aller vers le succès, Maltz recommande un changement essentiel de notre comportement en 5 points. Honnêtement, je viens de commencer le livre. Je ne vais donc pas m’engager dans des explications foireuses, en tentant de présenter d’autres éléments. J’ai besoin d’approfondir, tester…

Mais en achevant la préface et en parcourant le début, j’ai vu que la suite s’annonçait bien ! Je vais donc poursuivre ma lecture et appliquer les conseils. Si j’en ai le temps et la motivation, je publierai un résumé avec mes réflexions.  

Le développement personnel contribue à nous rendre plus fort et moins fragile, face aux défis qu’on se lance. Si vous souhaitez travailler dessus, lisez le livre. Prolongez en consultant le meilleur article que j’ai trouvé à ce sujet.

Et que peut-on faire tout de suite ?

Évitez de vous polluer l’esprit avec l’actualité.

Lisez des livres. Connaissance et inspiration contribuent à développer sa créativité. Orientez-vous vers les ouvrages de non-fiction et les œuvres répondant à vos goûts.

Écoutez des podcast, regarder les vidéos inspirantes. Vous trouvez cela évident ou simpliste comme démarche ? Détrompez-vous. Celle-ci s’avère puissante si vous la pratiquez quotidiennement. Explication de texte…

Reprenons le premier point où j’évoquais la moyenne des personnes que vous fréquentiez le plus. J’imagine que la compagnie régulière d’entrepreneurs ambitieux et à succès échappe au commun des mortels. Moi y compris. Et vous ? La solution consiste donc à faire semblant. En les écoutant et en les lisant. C’est comme si vous viviez ensemble. Le principe repose sur l’imprégnation régulière d’un état positif. Qui puisse instaurer dans l’esprit un mouvement général emprunt de motivation et d’engagement. Il existe 2 façons de faire.

  • L’écoute active
  • L’écoute passive

La première requiert une concentration de votre part. Une formation, un épisode de votre Youtubeur préféré… Autant d’occasions avec lesquelles vous allez focaliser l’attention tout en prenant des notes. 

La seconde consiste à se laisser bercer par des paroles. Il m’arrive parfois de prêter l’oreille à ce que j’écoute. D’autres fois, moins. C’est le principe. Se laisser porter par la douce mélodie d’un podcast… Sans y prêter forcément plus d’attention. D’autant plus si vous l’aviez déjà écouté…

Vous connaissez les corvées ? Ouiiii… Le ménage, la cuisine, plier les fringues… Ahhhh ça plier les fringues, voilà une énergie que je rechigne à dépenser, mais… Comment y échapper ? Lâchez vos com’ si vous avez une solution. Me sortez pas la femme de ménage, j’ai pas le budget. 

C’est durant ce laps de temps que je désire m’imbiber le cerveau. On rentabilise son temps par un conditionnement hygiénique. Plutôt que d’écouter les actus ressassant toujours la même engeance, on s’évertue à s’alimenter l’esprit d’un flot de bienveillance. On met à profit son temps pour le remplir de positivité.

Récurez plus les toilettes sans vous passer un p’tit épisode de l’un de vos entrepreneurs favoris. Promis ? Ok. Faîtes-vous une liste à l’avance : podcast, vidéos YouTube pédagogiques, documentaires. Vous serez opérationnel le moment venu. Plus qu’à cliquer.

Ces méthodes destinées à vous inspirer développeront votre personnalité.

Pourquoi ?

Parce qu’au niveau cérébral, vos neurones vont activer des milliers de connexions. Vous allez concrètement relier vos connaissances entre elles. Or, plus les neurones s’organisent en un réseau complexe, plus vous approfondirez votre sens de la créativité. Cela transparaîtra dans vos écrits, si vous possédez l’ambition d’améliorer votre expression. D’activer un changement dans votre approche de la rédaction web.

devenez creatif et inspirant
Devenez créatif et inspirant à votre tour

Faîtes de votre pensée un royaume d'imagination

Avant de vous quitter et vous permettre de laisser libre court à votre créativité, Je vous délivre et vous rappelle ces derniers conseils. 

Choisissez la facilité. Les mots simples parviennent davantage à capter le public. Soyez clair et adaptez les règles classiques de la rédaction web. Mettez à profit les émotions, afin d’y imprégner votre personnalité et rendre l’ensemble constellé d’authenticité. Développez votre style. Regardez mon pied… Oui, en haut. Entre l’aspect touffu de l’herbe fraiche et celui lisse de la pierre, mon cœur balance. J’aime les deux. Pour rendre votre style riche et percutant, parez-le de texture. Douce un temps, caillouteux un autre. Donnez l’intonation qui convienne pour vous faire entendre.  

Dans tous les cas, faîtes surtout pas ça ↓

29 secondes suffisent pour anéantir la pensée, le beau, l’harmonie.

 

Tremblez pauvres mortels !

 

 

Vraiment… Étrange. Ces femmes et hommes politiques ont peut-être le sentiment d’appartenir à une caste intouchable, détenant le savoir et la vérité. D’où leur propension à s’exprimer dans un tel Langage. Abscons. Orwellien. Mais Madame de Montchalin ne représente qu’un échantillon. Loin de moi l’idée d’en faire une icône de la novlague. Elle paye pour tous les autres. Qu’elle me pardonne.

Enfin… Passons.

Pratiquez tous les jours… Haha, j’ai réussi à la replacer celle là.

Soyez fier. Prenez soin de vous. L’attention envers les autres suppose celle que l’on accorde à soi. Elle anticipe votre engagement à développer votre sens de la créativité.

Vous avez des doutes ? 

Vous êtes peut-être loin d’imaginer à quel point j’ai été rempli de doutes et d’hésitation, en composant ce dossier. Mais j’avais un atout en poche. J’aime ce que je fais. J’y mets le temps nécessaire et je m’éclate…

Ce qui m’amène à vous dire que cet article consacré à l’écriture web, à la créativité et àarticle consacre a l'ecriture web l’inspiration, je l’ai traversé avec une certaine émotion. Soyez à votre tour préparé, ému. Débordant d’incertitude ou d’un manque d’assurance… Peu importe. L’essentiel réside dans la pratique et l’amour de votre exercice. Love everytime…

J’explore la rédaction web et le copywriting pour des raisons évidentes liées à mes blogs et à ma volonté d’apprendre davantage, afin de me connecter durablement à mon lecteur (oui, toi là, je parle bien de toi 😘).

Un break – involontaire je souligne – dans mon activité de blogueur, m’a engagé à développer ce dossier, même si j’en avais déjà eu l’idée. Interrompre l’écriture…Mauvais ça. Pas bon du tout quand on veut conserver sa créativité.

chaque parcelle de mon corps reclame sa ration de motsDeuxièmement : je souhaite soumettre mon style à un jugement sévère de ma part. Afin de tisser et consolider nos relations.

Mes yeux. Mon cœur. Mes tripes.

Chaque parcelle de mon corps réclame sa ration de mots pour s’en délecter. Si ça foire… Je récidive. Chaque fragment de votre organisme mérite son quota de mots pour s’en repaître. Si ça foire… Recommencez.   

Attendez la locution. La bonne tournure. La déferlante favorable. À l’image de la marée montante. Comme lors de vos séances de prélassement sur une plage. J’y passe d’ailleurs souvent à celle de Trouville à l’approche du printemps et de l’été, près de chez moi. J’adore m’y détendre comme le fit jadis Flaubert.

Écrivez, méditez. Observez la mer produire sa mousse à la cime des vagues, laissez-là vous tutoyer les pieds. Composez contre le vent, ressentez le souffle perpétuel dans lequel la brise et le flux maritime inspireront chaque phrase née de votre âme.

Présageant la formule idéale. En redoublant d’effort. En combinant les termes. En ayant recours à la suppression. Relevez. Reprenez l’énoncé, remplacez-le. Ou rayez tout d’un trait vif et colérique.

Puis, avancez aussi déterminé que l’ondulation d’une goutte, tombée au beau milieu d’un expresso que vous faîtes lentement couler à la maison. Les mots possèdent une force éblouissante… Si vous les rendez vivants. Seuls, ils apparaissent ternes. En se combinant, ils illuminent. Comme un café Arabica aux notes coriaces relevées d’une crème épaisse. Ressentez au fond de la langue ce mélange audacieux, cette amertume noire et profonde, ce mariage avec l’onctuosité de la mousse, écume caramélisée et fondante.

 

 

Faîtes de votre pensée un royaume d’imagination que vous allez cultiver au quotidien.

 

Fethi Hachemi est créateur de contenu. Sur son blog Artuseo, il donne des méthodes et des astuces, pour améliorer son référencement, créer, et développer un site d'affiliation capable de générer des revenus passifs. https://artuseo.com/

Related Posts

Leave a Reply

Qui suis-je

createur de contenu fethi hachemi

Je t'apprends à organiser ton référencement, faire des sites d'affiliation et trouver tes mots-clés, pour générer des revenus sur le web.

Rejoins mon univers digital

 

Dis-moi à quelle adresse je dois t'envoyer la FORMATION complète. Tu peux également y accéder en cliquant ICI et commencer ton apprentissage. Ton email est confidentiel. Aucun risque de spam. Tu peux te désinscrire à tout moment. Voir notre politique de confidentialité.

Ma formation gratuite

procedures affiliation amazon

Découvre toutes les procédures pour rechercher les mots-clés, ouvrir un site et démarrer ton projet.

 

Mon logiciel de mots-clés (lien affilié)

logiciel mots-cles longtail pro

J’achète mes thèmes WordPress Premium chez Envato / Themeforest (lien affilié)

Articles récents

3 dollars pour une coquille
Trouver le bon mot-clé : pense au cône du Pacifique 3 $
3 février 2021
X ou le mystère Elon Musk
5 février 2021
organiser blogging
Organiser son blog grâce à la méthode BCL
15 février 2021
comment se faire de l'argent
Lettre ouverte à toutes celles et ceux qui veulent gagner de l’argent sur internet
10 mars 2021
Comment rendre son site populaire
24 août 2021
Le site utilise des cookies, souhaites-tu les partager avec moi ?
Accepter
Privacy Policy